Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Invité à une émission de radio

    Mercredi prochain 24 janvier, je serais interrogé pendant une demie heure sur mon dernier Essai: "Être ou ne pas être juif? Telle est la question. Pourquoi? " par Annie Goldmann productrice de l'émission: "Itinéraire" sur Radio Judaïca, fréquence 94.8. Les studios de cette radio se trouve dans le 5e arrondissement de Paris.
    J'ai bouclé rapidement l'organisation de ce déplacement éclair de 24h, transport en train et une nuit au Centre d'hébergement du grand Paris situé à la porte d'Italie où j'ai l'habitude de me rendre, très pratique puisque ligne directe de métro et seulement 5 stations de métro du studio d'enregistrement.
    L'émission sera diffusée en différée le mercredi suivant 31 janvier et disponible ensuite pendant deux mois sur internet en cliquant sur le nom de la chaine de radio.
    Il ne me reste plus qu'à vivre avec mon stress pendant ces trois jours.

  • Des difficultés à se faire publier

    Invité à l'émission : "La Grande Librairie" de François Busnel sur France 5, après sept ans d’absence Paul Auster nous parle de son dernier livre: "4 3 2 1", un ouvrage volumineux de plus de mille pages : 4 3 2 1 ce sont quatre portraits de Archie Ferguson, le héros de son histoire, prétexte pour décrire les États-Unis des années 50 à 70 avec ses contradictions, ses divisions et ses déchirures, mais c'est aussi et surtout 4321 chemins possibles pour démêler ces vies. 
    Le grand écrivain américain ( qui, bien que vivant dans le quartier de Brooklyn parle fort bien le français) évoque aussi ses débuts en littérature avouant qu'il avait attendu dix-sept ans avant d'obtenir un accord d'un éditeur mais qu'il se consolait en pensant que Samuel Becket avait essuyé 113 refus avant qu'un éditeur lui fasse enfin confiance.
    Bien sûr, il ne nous apprend rien, les exemples d'auteurs ( français et étrangers) devenus par la suite très célèbres, qui ont galéré des années et des années pour se faire publier sont très nombreux, quelques géants de la littérature ont même publié leurs premiers livres " A compte d'auteur." Ainsi je me console moi-même des très très nombreuses années d'attente avant que deux éditeurs acceptent enfin mes manuscrits et des réponses souvent laconiques pour justifier les refus ou de certaines lettres très prometteuses qui me prouvaient que mon manuscrit du moment avait été lu et des espoirs fébriles, puis déçus.

  • L'ordre du jour, un récit de Eric Vuillard

    On peut donc encore, en 2017, raconter dans un court récit de 150 pages – et en petit format 10,5/19 dans la collection Un endroit où aller chez Actes Suddes évènements certes dramatiques, mais où l’auteur privilégie la mise en scène de rencontres, de va-et-vient, de gesticulations de personnages sinistres en Autriche et en Allemagne, qui se sont déroulés entre 1933 et 1946, et obtenir avec ce livre le prestigieux Prix Goncourt ? Oui, sans aucun doute quand on a le talent d’un Éric Vuillard. Il manie l’ironie cinglante, il affiche un mépris brutal pour ces hommes, qu’ils soient de gros patrons d’entreprises soumis totalement au régime nazi ou de vulgaires comparses d’Hitler.

    J’ai lu L’ordre du jour d’une seule traite comme on voit au cinéma un film en noir et blanc dans une salle d’Art et d’Essai, de même que le roman L’Art de plaire d’Alice Zeniter dont j’ai parlé dans une précédente note peut se voir comme en film en couleurs sur grand écran, car la fresque est plus large, une histoire sur trois générations, un espace ample, l’Algérie et la France, la France et l’Algérie, même si les événements contés sont également douloureux, on sort heureux de la lecture du roman d’Alice Zeniter, mais sûrement pas indemne de celle du récit d’Éric Vuillard, que j’ai vécu comme un huis clos cauchemardesque au milieu d’êtres pleins de tics et de toc.

    Comme Alice Zeniter qui a obtenu plusieurs prix dont le prestigieux Prix Goncourt des lycéens, Éric Vuillard est lui aussi un habitué des prix.

  • Le nouveau paysage politique

    Après Laurent Wauquier nouveau patron du parti Les républicains, Stéphane le Foll bientôt à la tête du Parti socialiste? Avec Mélanchon ( indéboulonnable! Alors qu'il aura tout de même 71 ans en 2022) ) pour la gauche de la gauche et Marine Le Pen ( qui semble bien désabusée mais qui s'accroche par orgueil et aussi parce qu'elle s'imagine que le Front national coïncide avec le nom de Le Pen) Notre si incroyable gouvernement d'union nationale va-t-il enfin avoir en face de lui une vraie opposition plurielle?
    En attendant, rien n'est moins sûr quand on constate tout de même l'état de délabrement de tous les partis traditionnels, et à voir la grande difficulté de Wauquier à trouver une ou un volontaire pour accepter de présider Le Conseil national des Républicains qui doit réunir dans une quinzaine de jours ses quelques 2000 membres, pour l'heure tous les ténors se sont désister.

     

  • Jacques Toubon et le droit d'évoluer

    Le magazine "Le Point" du jeudi 11 janvier sous le titre: "Immigration : la métamorphose de Jacques Toubon" relève que ce dernier s'est indigné du manque d'humanité dans le contenu de la circulaire du ministre de l'intérieur qui parle de "tri", et le Point de citer des déclarations de Jacques Toubon " Avant " ( dans les années 80) et "Après" ( en décembre 2017) en concluant: "...Le leader EPR était alors plus radical que Gérard Collomb."
    Cela me parait un mauvais procès fait à cet homme de qualité. N'avons-nous pas le droit sinon même le devoir- surtout dans le bon sens-  d'évoluer en 30 ans ? De plus Toubon était à l'époque un simple militant RPR, il est aujourd'hui investi de la fonction de Défenseur des droits.