Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'ordre du jour, un récit de Eric Vuillard

On peut donc encore, en 2017, raconter dans un court récit de 150 pages – et en petit format 10,5/19 dans la collection Un endroit où aller chez Actes Suddes évènements certes dramatiques, mais où l’auteur privilégie la mise en scène de rencontres, de va-et-vient, de gesticulations de personnages sinistres en Autriche et en Allemagne, qui se sont déroulés entre 1933 et 1946, et obtenir avec ce livre le prestigieux Prix Goncourt ? Oui, sans aucun doute quand on a le talent d’un Éric Vuillard. Il manie l’ironie cinglante, il affiche un mépris brutal pour ces hommes, qu’ils soient de gros patrons d’entreprises soumis totalement au régime nazi ou de vulgaires comparses d’Hitler.

J’ai lu L’ordre du jour d’une seule traite comme on voit au cinéma un film en noir et blanc dans une salle d’Art et d’Essai, de même que le roman L’Art de plaire d’Alice Zeniter dont j’ai parlé dans une précédente note peut se voir comme en film en couleurs sur grand écran, car la fresque est plus large, une histoire sur trois générations, un espace ample, l’Algérie et la France, la France et l’Algérie, même si les événements contés sont également douloureux, on sort heureux de la lecture du roman d’Alice Zeniter, mais sûrement pas indemne de celle du récit d’Éric Vuillard, que j’ai vécu comme un huis clos cauchemardesque au milieu d’êtres pleins de tics et de toc.

Comme Alice Zeniter qui a obtenu plusieurs prix dont le prestigieux Prix Goncourt des lycéens, Éric Vuillard est lui aussi un habitué des prix.

Écrire un commentaire

Optionnel