Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Actualité

  • Le nombre de morts provoqués par le covid 19 par rapport aux autres maladies.

    Il me parait intéressant de publier dans mon blog ce tableau qui compare le nombre de morts provoqués par l'épidémie du coronavirus avec ceux des autres maladies. Cela remet de l'ordre dans nos idées souvent erronées et puis, cela fixe, pour nos mémoires, des renseignements propres à cette année 2020 et à notre civilisation en général. On pourra constater que l'épidémie qui nous frappe depuis 6 mois a tué 10 fois moins de personnes que toutes les autres maladies transmissibles.
    Pourquoi donc cette grande peur qui a saisie tous les pays de notre planète, au point de mettre de décider de mettre à l'arrêt les économies
    mondiales et de provoquer la plus grande crise jamais connue? parce que cette épidémie n'est pas maitrisable? ou simplement par peur du jugement et de la condamnation des gouvernements par leur peuple? Qui peut reprocher en effet à des gouvernants de privilégier la santé au détriment de l'économie? Mais n'est-ce pas payer cher, très très cher cette protection du citoyen? Avec le quart des sommes perdues, n'aurait-il pas mieux fallu construire des hôpitaux et acheter tout le matériel qui va avec - y compris des milliers de milliards de masques - pour faire face à ce virus sans confiner
    Source le magazine l'Express publiée dans Instagram et dont on peut considérer les sources comme fiables.
    Le Covid-19 tue environ 2700 personnes par jour dans le monde et a fait, en tout, plus de 541 000 victimes.
     

  • Nous avons cassé le virus?

    Tout en répétant qu'il ne fallait pas faire le malin face à cette épidémie et bien continuer de se protéger par des gestes barrières et en plus éventuellement par le port d'un masque, le premier ministre a ajouté  dans sa conférence de presse que nous avons cassé le virus.  Je ne sais pas si nous avons réussi à briser ce virus, mais ce qui est sûr c'est que depuis 20 jours, le fameux pic de début avril s'est totalement inversé, puisque le nombre de personnes hospitalisées et le nombre de réanimation n'a fait que diminuer, et notamment de façon importante ces trois derniers jours,  presque nous avons enregistré 800 hospitalisations en moins chaque jour et près de 300 réanimations en moins chaque jour également  ramenant le nombre de malades en réanimation sous la barre des 3000, et on sait que c'est dans ce domaine des réa que le combat se joue réellement. Il ne nous reste plus qu'à espérer voir cette courbe descendante se poursuive tous les jours à venir et ainsi permettre au personnel soignant de souffler enfin un peu et nous de ne pas regretter ces décisions de déconfinement.

  • Un déconfinement très encadré et très restrictif

     

    Le premier ministre a donc présenté aujourd’hui mardi 28 avril son plan de déconfinement qui doit prendre effet à partir du 11 mai :  un discours d’une heure devant les députés (mais 75 seulement présents physiquement contre 577). J’avais noté qu’il allait renouveler cet exercice extrêmement ardu demain mercredi devant les sénateurs, et j’avais donc décidé de le réécouter parce que j’avoue ne pas avoir tout compris. Mais je viens d’apprendre qu’il y aura seulement au sénat un grand débat sur le sujet mardi prochain 5 mai et que demain retour aux questions d’actualité au gouvernement, dont je suis un fidèle auditeur et spectateur depuis de très longues années, tant à l’Assemblé national qu’au Sénat. Comme d’habitude, je serai en face de mon poste, faute de pouvoir toujours y assister physiquement du haut des loges. les débats politiques m’ont toujours intéressé, depuis toujours, je m’y sens intimement impliqué en tant que citoyen et je reconnais qu’a près avoir admiré l’action d’un Mendés-France,  j’avais, bien plus tard, soutenu activement François Mitterrand, Michel Rocard, Lionel Jospin, Ségolène Royal puis enfin Emmanuel Macron, ce dernier représentant à mes yeux, enfin une vraie rupture et la fin de cet affrontement permanent virulent ( et qui me devenait insupportable)  entre la droite et la gauche.  

    J’avais envie de dire toutes ces choses dans mon journal extime, c’est dit, je prends le risque de me découvrir, mais tant pis.  

    Mais revenons à l’intervention du 1e ministre. D’habitude très clair, - j’avoue que depuis sa nomination, j’apprécie les qualités de cet homme- Edouard Philippe m’a paru confus, deux pas en avant et un en arrière, avec un parapluie en main, je suis peut-être sévère, mais peu importe,  même dans cette hypothèse, comment pourrait-on le lui reprocher face à une large opposition politique aussi agressive, tous partis confondu ( Les républicains, la France Insoumise, le parti socialiste, le Pari communiste, le Rassemblement national et y compris un certain centre l’UNDI ) sans compter une bonne moitié des Français, bref tous ceux qui n’hésitent pas à le traiter, outrageusement et excessivement d’incompétent et de menteur, mais en visant en réalité le Président de La République, plus que le premier ministre. Exemple l’intervention musclée de Jean-Luc Mélenchon tout à l’heure, pour qui le seul vrai adversaire en politique est Macron, celui dont il rêve de prendre la place.

    Alors ce plan de déconfinement ? Gageons que ce n’est pas exactement ce qu’attendaient la plupart des gens. Nous avons assisté plutôt à l’annonce d’une série de mesures extrêmement prudentes pour desserrer un peu et par étapes de semaine en semaine, la rigueur de ce confinement imposé depuis le 17 mars par ce maudit virus. On nous dit que cette allocution serait le fruit d’une ultime réunion d’arbitrage de six heures qui s’est tenue à l’Elysée, avec le principal objectif que toutes ces mesures tendent à éviter l’écroulement du pays et de son économie, autrement dit de remettre la France au travail tout en veillant scrupuleusement que ces mesures ne créent pas une nouvelle vague d’épidémie, alors que la courbe des hospitalisations et des réanimations s’oriente nettement à la baisse depuis presque deux semaines.

    D’où ces annonces très prudentes qui prendront effet à partir du 11 mai : sorties autorisées seul ou accompagné sans présentation d’attestation, donc, enfin, sans aucune justification, non limitées à un nombre d’heures, mais à condition de ne pas s’éloigner de plus de 100 km du lieu de son habitation principale. Donc l’impossibilité de rejoindre une location de vacances ? d’aller rendre visite des proches, parents ou amis, si la destination se trouve à plus de 100 km ? Mesure extrêmement pénible : le confinement dans le déconfinement. Jusqu’à quand ? décision possible : le mardi 2 juin. Tous les commerces, et toutes les entreprises en général, seront de nouveau autorisés à fonctionner normalement, - bien que le télétravail quand il est possible reste vivement conseillé- sauf les bars, brasseries et restaurants dont la décision est également reportée au 1 e juin, alors que les sorties en ville s’accompagnent souvent d’une pause dans ces espaces d’une grande convivialité.  Quid des hôtels pour les touristes ? Pas un mot.

    Les squares, parcs et jardins pourront de nouveau être fréquentés, mais  certains maires ou certains Préfets pourront s’y opposer. Les bibliothèques, les médiathèques et les petits musées pourront rouvrir leurs portes, - naturellement, s’agissant de lieux que je fréquente beaucoup, je ne peux que me réjouir, mais pas les cinémas, ni les théâtres, alors que des mesures de précaution par le respect de distance physique seraient tout à fait possible à mettre en place. Amateur de cinéma et de théâtre, je me sens frustré et malheureux.  Pour l’enseignement, les écoles pourront accueillir de nouveau les enfants à partir du 11 mai, - sans obligation pour les parents - mais il faudra attendre le 18 mai pour l’ouverture des collèges et attendre encore la date de fin mai/début juin pour les lycées.

     Cette deuxième date du 1e juin (après celle du 11 mai annoncée par le chef de l’Etat,) choisie par le 1e ministre, n’est-ce pas une façon pour ce dernier de freiner l’élan du Président de la République enclin à aller plus vite que son premier ministre, plus « rigide » ou peut-être plus simplement plus homme de terrain, à la longue expérience de maire, n’hésitant pas même dans son discours à affirmer que cette date du 11 mai choisi pour un le début de déconfinement pourrait ne pas être retenue si les conditions sanitaires s’aggravaient d’ici là.   

    En fin de compte, cette épidémie est en réalité très loin d’être terminée et si elle a déclenché une grande crise sanitaire, elle est aussi la cause d’une bien plus importante catastrophe économique dont notre pays aura bien du mal à se relever. 
    Mais à côté de ces crises sanitaire et économique, l'univers étrange et anxiogène dans lequel nous somme plongés et qui, même si de gros efforts louables et admiratifs sont déployés par beaucoup de nos concitoyens pour rendre la vie plus acceptable
    , le traumatisme est bien là, bien ancré, nous ne sommes pas fabriqués pour vivre dans cet état restrictif à nos libertés. Nous avons besoin de la présence, de l'échange, du partage direct, physique, avec les autres. Les terroristes fanatiques n'ont pas réussi - et ne réussirons jamais - à nous museler, et voilà qu'un simple virus nous oblige à repenser notre mode d'existence.  

  • Les Etats-Unis et les pays européens.

     

    Quand les médias donnent les chiffres de la situation sanitaire provoquée par ce maudit virus qui a envahi la planète, cela me choque que l’on compare les Etats-Unis à n’importe quel autre pays, en disant que c’est aux Etats-Unis que la catastrophe sanitaire est la plus importante, qu’avec ses quelques 50.000 morts, ce serait le pays le plus touché, devant l’Italie, l’Espagne, la France, etc.

    Les Etats-Unis comptent 386 millions d’habitants répartis au sein de 50 Etats, alors que le nombre de morts enregistrés dans seulement trois Etats européens l’Italie, l’Espagne et la France, qui comptent à eux trois une population totale deux fois moins importante (environ 170 millions d’habitants contre 386 millions) est très largement supérieur ( pas loin de 70.000) à celui des Etats-Unis ( environ 54.000)

    Bien entendu on me rétorquera que les États-Unis sont indissociables, mais tout de même, gardons bien les chiffres en tête

  • il y a seulement 5 semaines, pour mémoire...

    Je classe et je trie mes journaux qui s'accumulent. Je m'arrête sur le n° de Libé daté du jeudi 12 mars qui titre en première page en très gros caractères: "Municipales à Paris, la guerre des trois aura bien lieu.
    Et bien non, puisque quelques jours plus tard au lendemain du 1e tour, Agnès Buzyn annoncera qu'elle jette l'éponge en regrettant d'avoir participé à "cette mascarade" en plein épidémie du Coronavirus.
    Où en était cette épidémie ce 12 mars ? La réponse se trouve à la page 12: "la France compte désormais 2281 malades et dénombre 48 morts soit 15 de plus en une journée."
    Mais avec l'accord des présidents des deux chambres et de tous les partis, y compris naturellement des partis de l'opposition, le vote pour le 1e tour des élections municipales est maintenu, Christian Jacob, Président du parti LR se dit furieux ( il parle même d'un coup D’État) qu'on puisse songer à annuler cette élection.
    A peine 5 jours plus tard, soit le 17 mars, le président de la République annonce un confinement totale de toute la population y compris écoles et commerces( sauf alimentaires et de toutes premières nécessités).
    Malgré cette décision totalement inédite dans l'histoire de la France moderne, le 19 avril, soit à peine 5 semaines plus tard, plus de 100.000 cas contaminés avérés, ( en réalité infiniment plus) 30.000 hospitalisés dont 5500 dans un état grave et 20.000 morts.
    On reste tous encore abasourdi devant la puissance de propagation de cette épidémie et au fond de nous, on reste sceptique et quelque peu inquiet à l'annonce de cette levée du confinement, même partielle, même progressive,  prévue dans 3 semaines.
    Ah, j'oubliai, page 6 du même N° de Libé du 12 mars, je lis: " Le président des États-Unis conteste l'ampleur du Covid 19 et minore complétement son impact, il est vrai que ce jour-là, on ne dénombrait que 29 morts. Aujourd'hui : le nombre est de 40.000 et il augmente de plusieurs milliers chaque jour, mais Donald Trump persiste et signe et appelle à la rébellion des américains contre le confinement imposé par les maires et les gouverneurs.